Qui suis-je ?

Présentation Rodolphe Oppenheimer

Qui suis-je ?

Je suis psychanalyste et auteur. J’ai longuement étudié la psychanalyse, les Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC) permettant de comprendre le fonctionnement conscient et/ou inconscient de l’être humain.
Dans l’ouvrage « Peurs, angoisses, phobies, par ici la sortie » Editions Marie B, je donne un grand nombre de conseils au grand public par le biais de la psychanalyse mais aussi par celui des TCC (Thérapie Comportementale et Cognitive).
Ma vision des problématiques ne se situe pas dans un choix à faire entre Psychanalyse ou TCC mais d’utiliser toutes méthodes ayant vocation à baisser le niveau de stress (ou l’atténuer) et faire disparaître des syndromes dépressifs.

 

Mes recherches

Mes recherches m’ont permis de constater que dans tous les courants de réflexion psychanalytique (Jung, Freud ou encore Lacan), on retrouvait toujours une certaine forme de complémentarité. C’est en travaillant sur cette complémentarité que j’ai développé une méthode de psychanalyse pour les personnes souffrant d’anxiété, de crises de panique ou de dépressions. Mon travail de psychanalyste à Paris a d’abord commencé par des méthodes de psychanalyses dites « classiques », jusqu’à l’étendre à d’autres formes de thérapies dites “rapides”. Il ne s’agit pas de départager ce qui est le mieux mais de savoir ce qui est le plus adapté à une situation, un mal être.

Mise en situation

Je mets en situation les patients, par la parole, l’imagination, mais aussi grâce à la réalité virtuelle comme support. Je reste toutefois dans les courants classiques si nécessaire tout en décidant avec le patient de la méthode la mieux adaptée pour et avec lui, selon ses besoins. J’ai d’ailleurs écrit un livre à ce sujet : « Se libérer des troubles anxieux par la réalité virtuelle » Editions Eyrolles avec le Docteur Éric Malbos et le Professeur Christophe Lançon (CHU Marseille).

Réalité virtuelle

Peut-être vous demandez-vous pourquoi la réalité virtuelle est utilisée ? Elle est de plus en plus présente dans nos vies. Cela peut venir des réactions visuelles, sensorielles ou encore émotionnelles qu’elle peut créer. Des scientifiques ont étudié la réalité virtuelle avec des médecins, et ont pu mettre en place des programmes de soins destinés à des patients atteints de phobies. En effet, 10 % de la population est touchée par ces phobies.
Grâce à la réalité virtuelle, la plupart des phobies peuvent être traitées. L’utilisation de la réalité virtuelle comme la psychanalyse ont de nos jours de très bons résultats. Pour moi, la réalité virtuelle est une réelle révolution dans le monde des thérapies. C’est une opportunité tant pour les patients que pour les praticiens.

A quel moment faire une psychanalyse ?

Il ne faut pas prendre la psychanalyse pour la solution à tous les maux psychiques : des crises d’angoisse ou de colère nécessiteront un psychiatre et des soins médicaux, des phobies ou des troubles du comportement une thérapie comportementale et cognitive (TCC), et ainsi de suite. Le bon moment pour consulter un psychanalyste peut être lorsque l’on a déjà eu recours à d’autres types de thérapie qui n’ont pas fonctionné (la psychanalyse allant plus profondément dans le fond de l’être). D’autres sentiments peuvent appeler à un besoin de psychanalyse : le désir de mieux de connaître, le sentiment de ne pas arriver à s’exprimer, à communiquer, ou à trouver sa place dans le monde, par exemple. Même si elle soigne les souffrances psychiques réelles, la psychanalyse est souvent employée pour apporter du confort au patient plutôt qu’une guérison quelconque. La décision d’arrêter la psychanalyse peut émaner du patient ou du psychanalyste, ou même des deux. Lorsque le patient se sent mieux dans sa vie, et que l’analyste estime qu’il a parcouru un chemin important et est prêt à arrêter temporairement ou définitivement les séances, alors l’analyse peut arriver à terme. Dans la plupart des cas, les patients arrêtent au bout de 2 ou 3 ans et reprennent lorsqu’ils traversent une épreuve difficile.

Quel est le rôle du psychanalyste ?

Ce qui est important, c’est que la personne anxieuse et/ou phobique se laisse aller au contact de sa propre peur par une immersion très progressive et ne tente pas de résister. Il s’agit d’une méthode d’apprentissage très utilisée par les pilotes d’avion de chasse ou de ligne afin d’éliminer le stress des situations de vol à des vitesses très importantes et dans des situations anxiogènes. Ces derniers passent de nombreuses heures dans ces simulateurs avant de retourner dans le réel.

Une Question ?  Ecrivez moi